L’instruction à domicile : Quelles méthodes ?

Après avoir étudié le cadre législatif concernant l’instruction à domicile, nous allons aujourd’hui nous intéresser aux différentes manières de concevoir cette instruction !

Certaines familles choisissent de fixer des horaires de cours, un peu comme à l’école. D’autres la conçoivent comme faisant partie intégrante de la vie, sans temps mesurable. En ce qui concerne la préparation des cours, certains parents y consacrent plusieurs heures par semaine tandis que d’autres ne préparent rien.

Nous allons plus précisément nous intéresser au Homeschooling que l’on peut traduire par « école à la maison » et au Unschooling que l’ont peut traduire par « sans école ». Les termes anglais sont souvent utilisés car ces mouvements ont commencé aux USA.

Homeschooling

L’école à la maison est classiquement une adaptation de ce qui est fait en établissement scolaire avec ses enfants. Il y a des leçon formelles de français, mathématiques, histoire, géographie…, des exercices et parfois des contrôles. Souvent les gens y intègrent d’autres pédagogies type Montessori, Steiner, en fonctions de leurs aspirations et des besoins de leurs enfants. Pour ce type d’instruction, ce sont les parents qui dirigent les apprentissages et qui maîtrisent l’organisation et l’emploi du temps de l’enfant.

L’école à la maison est plus sécuritaire notamment pour les adultes grâce à la prévision et la conduite des divers apprentissages qui leurs semblent importants. Il y a dans ce type d’instruction une séparation des différents apprentissages. Dans ce cas de figure, le parent doit en principe maîtriser ce qu’il va enseigner à l’enfant. L’avantage principal de cette méthode est que le parent peut se référer à des méthodes ou des pédagogies existantes pour les transmettre à son enfant.

Résumons : sur le papier l’école à la maison c’est comme son nom l’indique : l’école, mais… à la maison ! Le parent sera alors le maître et l’enfant l’élève !

Unschooling

Les gens qui choisissent le Unschooling se basent sur le fait que l’enfant est toujours en quête d’apprentissage. Aussi bien qu’il a pu apprendre à marcher et à parler « tout seul » ou en mimique de ses parents, il voudra aussi apprendre à lire, a écrire et à calculer, quand il l’estimera nécessaire et à son rythme. Le but est donc de stimuler la curiosité et l’amour de l’apprentissage au fur et à mesure que les enfants grandissent. Ce type d’instruction est assez peu connu en France et est souvent mal vu car il est perçu comme trop laxiste et permissif. En effet la majorité aura tendance à penser que si on laisse un enfant choisir ce qu’il veut faire il voudra uniquement jouer. Les défenseurs de cette méthode répondront que le jeu est également un très bon moyen d’apprendre. Cependant les adultes jouent également un rôle très important dans ce type d’instruction : ils sont observateurs et accompagnateurs, ce qui ne les empêche pas d’être incitateurs. Ils sont comme les enfants dans le tâtonnement expérimental permanent. Plutôt que de se focaliser sur les apprentissages eux-mêmes, c’est sur les conditions qui les favorisent qu’ils doivent se pencher. L’apprentissage, c’est toujours l’enfant qui en est la source et le maître.

Voici un témoignage trouvé sur un blog que je trouve bien écrit et qui résume assez l’idée du Unschooling.

« Le parent unschooler se la coule douce !

Puisque le unschooling, selon la manière dont je le définis, correspond à la liberté d’apprendre et que l’enfant est maître de ses apprentissages, alors il est bien naturel de penser que les parents n’ont absolument rien à faire, non ?

Dans la réalité, ça n’est pas si simple. Si l’enfant est libre d’apprendre ce qui l’intéresse, l’adulte est là pour l’accompagner et répondre à ses questions. Et ça n’est pas toujours une mince affaire ! Bien souvent, l’enfant se passionne pour un sujet que le parent ne maîtrise pas ou connaît très peu. Le parent va alors se documenter avec l’enfant et le guider dans ses recherches (en particulier avec des petits qui ne savent pas lire, cela est sans doute moins vrai lorsque l’enfant devient plus autonome). Le parent peut également préparer des activités et des expériences en rapport avec la passion du moment. Tout cela demande de la préparation, pas mal de travail, et c’est parfois source de frustration (pour le parent), car l’enfant ne va pas nécessairement s’enthousiasmer pour ce que l’on aura préparé ! Et en unschooling, si l’enfant ne trouve pas d’intérêt pour une activité, on ne la lui impose pas. Alors j’arrête tout de suite les mauvaises langues, il ne s’agit pas de faire des enfants capricieux qui ne vont faire que ce qu’ils veulent, mais de ne pas forcer un enfant dans une activité qu’il rejette. On peut alors la présenter différemment, demander à une autre personne de l’introduire, ou tout simplement la mettre de côté afin que l’enfant puisse s’y diriger de lui-même s’il en ressent l’envie. Car en unschooling, on considère que l’enfant a sans doute une bonne raison de ne pas s’intéresser à une chose, même si nous ne saisissons pas cette raison (et qu’il n’est d’ailleurs pas forcément utile de saisir cette raison). Si un jour l’enfant ressent le besoin d’y revenir, alors il le fera naturellement, et s’il n’y vient jamais c’est simplement que cette chose ne lui est pas utile. Il ne s’agit pas d’éveiller la curiosité des enfants en leur proposant une foule d’activités : la curiosité des enfants est naturellement présente, elle n’a pas à être éveillée mais simplement entretenue. »

Il est à noter qu’il existe souvent des tensions entre les familles et les inspecteurs au moment des contrôles, car l’Unschooling n’est pas reconnu comme une méthode d’instruction par l’Education Nationale. Les familles veulent alors faire valoir leur droit à la liberté pédagogique en sachant que leur enfant apprend, même si c’est différemment. Les inspecteurs quand à eux, veulent que les enfants collent au modèle d’enseignement et d’instruction qu’ils connaissent, avec des traces écrites, des exercices… comme dans un établissement scolaire.

Bien évidemment il est possible aussi d’être entre ces deux méthodes. Chaque famille agit selon ses convictions, ses aspirations, son vécu et les besoins des enfants. Rien n’est figé, tout est modulable et évolutif. En réalité, que ce soit en « homschooling » ou « unschooling », chaque famille « crée » son école.

La semaine prochaine, retrouvez-nous pour un dernier article sur ce thème ou nous traiterons les questions les plus fréquentes à propos de l’instruction à domicile.

4 réflexions sur “L’instruction à domicile : Quelles méthodes ?

  1. Anne-Sophie dit :

    Bonjour Tim et Myriam ! Merci pour ces articles concernant l’instruction à la maison. Je trouve le « Unschooling » très intéressant et pertinent, il rejoint assez des pédagogies comme Montessori, Freinet ou Alvarez, pédagogies qui m’intéressent beaucoup et qui sont de plus en plus pratiquées dans les écoles (au moins en partie). Je trouve qu’il est toujours primordial que les apprentissages proposés aux enfants aient du sens et qu’ils soient reliés à leur réalité. Merci pour vos partages ! Gros bisous à tous les quatre !

    J'aime

  2. Constance De Oliveira dit :

    Bonjour Tim et Myriam

    Merci pour cette série d’article sur l’école à la maison, c’est vraiment très intéressant, je suis contente que vous abordiez ce thème, d’autant plus que c’est le modèle que nous avons choisi pour notre fille (même si nous avons encore du temps avant d’en arriver à là ^^). Et je veux effectivement faire un mixte entre le homeschooling et le unschooling avec entre autre une approche montessori.

    J’ai hâte de lire le prochain article !

    Bisous à tous les 4 🙂

    J'aime

    • plugoutbaby dit :

      Hello !

      De rien, c’est vrai que comme on à choisi de ne pas mettre notre fils à l’école pour l’instant on se retrouve pas mal confronté à la méconnaissance des gens, alors un peu d’éclaircissements ne fait pas de mal !
      Vous avez encore le temps mais ça arrive super vite ! Puis bon après on s’adapte aussi à l’enfant et à ses besoins, c’est pour ça le homescooling « pur » n’a pas spécialement d’intérêt je trouve !

      Bises à vous 3 !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s