Comment consommer ?

Lors de notre expérience de WWOOFing, après avoir côtoyé et « travaillé » avec 7 maraîchers, nous avons eu confirmation qu’il est difficile de faire vivre une famille uniquement avec le fruit de l’activité maraîchère pure. (On est d’accord, tout est définition de « faire vivre »).

Je suis attristé par la situation mais c’est cette même situation qui m’a poussé à regarder le monde autrement.

Pour faire simple, le petit maraîcher bio Français est quasiment incapable de valoriser ses heures de travail en fonction des récoltes, pas parce qu’il n’en a pas les capacités intellectuelles, mais parce que souvent le consommateur ne l’accepterait pas.

Je vais prendre par exemple le cas d’un garagiste : si votre voiture est en panne, vous allez chez le garagiste. Logique non ?

Le garagiste va vous demander environ 60 € HT / heure, il faut 3 h pour réparer la voiture. Vous trouvez ça cher mais vous payez car vous n’avez pas le choix.
Aller voir un garagiste d’un pays pas trop loin, à 20 € de l’heure, ça donne envie, mais ce n’est pas économiquement viable. Le transport de votre voiture vers ce pays est prohibitif.

Mais pour le maraîchage cela ne fonctionne pas pareil et c’est même plutôt l’inverse ! Merci aux semis-remorques !

Exemple : vous avez besoin de 3 kg d’un légume T.
Prenez le légume T du maraîcher bio français, à 9 € du kg, le même légume T, sur le stand du revendeur d’en face est à 2,5 € en origine d’un pays pas trop loin mais pourtant bio.
Faites vos jeux.

(Je pousse aussi le vice car le prix de la production étrangère est pour une production bio « industrielle » qui exploite de la main d’œuvre à bas prix. Mais lorsque vous êtes dans un supermarché, vous ne savez pas qui, ni comment le légume a été produit. (Voilà pourquoi je préfère des enseignes qui sont claires avec l’éthique de l’origine de leurs produits.))

C’est donc un peu pareil avec l’industrie et tout les métiers qu’il a été facile de délocaliser : hi-fi, électroménager, textile…

Pour info, la part du budget consacré à l’alimentation n’a cessé de baisser depuis la seconde guerre mondiale !  Aujourd’hui en France, la part du budget lié à l’alimentation est de 13,3 % (1), si demain on quittait l’agriculture intensive pour revenir à une agriculture bio-cohérente, la part du budget devrait passer à 25 – 30 %.(2)

Pourtant, même à 13,3 %, la part du budget alimentaire est jugé « trop élevé »(3) et « 78 % [des français] déclarent que le prix est le premier facteur d’achat […] seuls 5 % des Français s’approvisionnent au marché et 2 % directement auprès des producteurs. » (3)

C’est presque dommage, quand on considère que c’est souvent moins cher de passer directement auprès du producteur !

A produire tellement industriellement et à l’étranger, on a simplement perdu le prix réel des choses. De plus j’ai l’impression de constater que plus notre niveau de vie augmente, plus nos produits sont importés… Y-a-t-il un lien ? Que se passera-t-il donc lorsque tous les gisements de main d’œuvre bon marché seront épuisés ?

Timothée.

(1) https://www.insee.fr/fr/statistiques/2569364?sommaire=2587886

(2) Selon Olivier De Schutter (Rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation du conseil des droits de l’homme à l’ONU) dans le film Demain.

(3) https://www.sofinscope.sofinco.fr/alimentation-budget-juge-trop-eleve/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s